Euroconte

 
mardi 20 avril 2021C.M.L.O. ...» Editions ...» Bulletin ...» Anciens Numéros (de 1 à 7 ) ...» Bulletin 2 ...» A propos des formulettesConnexion
 Chercher

.
  

L'équipe du Cmlo
CMLO 15 Quai Boissier de Sauvages 30100 Alès -Tél 04 66 56 67 69
    

euroconte-noeuroconte-ne
    
Extraits de textes recueillis par Marc Aubaret

Après le témoignage de Sam Cannarozzi, je vous propose ici de faire un tour un peu plus théorique de la formulette à partir d'extraits de textes empruntés à Marc Soriano, Bernadette Bricout, Edith Montelle et Pierre Lafforgue que je vous conseille de lire dans leur intégralité pour en savoir plus.

Les formulettes, ce sont d'abord ces petites phrases toutes faites, et relativement stables, qui ponctuent le conte populaire de voie orale, en marquant le commencement, la progression, les péripéties et le terme.
Ainsi, cette introduction rituelle notée en Brière (département de la Loire-atlantique) par Geneviève Massignon "Marche aujourd'hui, marche demain, à force de marcher on fait beaucoup de chemin. Si on ne tombe pas en bas, on a pas la peine de se relever. Alors! Cric crac! J'ai la clé dans mon sac!

L'expression "il était une fois" est sûrement la plus connue des formulettes. Elle appartient au groupe de celles qui peuvent servir dans n'importe quel conte; d'autres formulettes au contraire sont liées à un motif, à un thème ou à un groupe de thème, à tel ou tel récit. Dans l'un ou l'autre des cas, la formulette garde une certaine indépendance par rapport au conte qu'elles scandent ou organisent. Il y a du reste longtemps que les collecteurs et adaptateurs d'oeuvres orales, sans toutefois employer le mot "formulette', en avaient noté le caractère spécifique. Ainsi dans les premières éditions du recuueil de "Ma mère l'Oye", les menaces traditionnelles du chat botté aux"faucheux" et le dialogue dramatique entre la femme de Barbe-Bleue et soeur Anne sont reproduites en italique, comme des citations.

Leur première fonction semble avoir été de constituer dans la mémoire du conteur le germen, le schéma dynamique du conte entier, et en même temps, au cours du récit sans cesse adapté aux réactions de l'auditoire, de jalonner le processus de mémorisation ou plus exactement de récréation. Mais d'autres fonctions, non moins esentielles, se sont ajoutées à celles-là. Les formulettes, généralement bien connues du public, contribuent à orienter son attente, à prédéterminer sa réceptivité, à approfondir son sentiment de connivence. Composées souvent de mots obscurs, ou inhabituels, elles provoquent, toutes proportions gardées, l'effet de mise en condition et de distanciation qui résulte par exemple de l'obscurité au cinéma ou des "trois coups" au théâtre. Elles créent aussi autour du récit une sorte de halo qui le rejette vers le temps jadis, d'autant plus facilement qu'elles abondent en archaïsmes et en "mots sauvages" qui intéressent au plus haut point le philologue et l'historien.(1)
"Si la formulette apparaît comme un geste verbal élémentaire à l'intérieur de la narration, sa présence dans le récit doit être interrogée : comme toutes les techniques de l'art oral traditionnel, elle répond à des nécessités fonctionnelles. La première semble être de baliser le temps et la pratique du contage, de ponctuer le chemin que la parole emprunte. Entre deux épreuves jalonnant le parcours du héros, deux rencontres de donateurs à la croisée des routes, deux combats, deux victoires, deux séquences du conte, la formulette crée le lien qui donne au conte son unité. Le public ne s'y trompe pas qui attend son retour et parfois l'anticipe, souhaitant comme un enfant que la parole advienne.
Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir?
Je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l'herbe qui verdoie".
L'attente de l'héroïne en larmes, celle de la Barbe-Bleue aiguisant ses couteaux, celle de la guetteuse au sommet de sa tour se fondent dans une autre attente, celle de l'auditoire accueillant la formule qui dans notre souvenir a gardé le plus de brillance. Le pouvoir mystérieux, quasi incantatoire de ces mots pourtant familiers est renforcé encore par cette marge de silence qui enveloppe la formulette, la signale et l'isole à l'intérieur même du récit comme un seuil qui nous fait accéder à une autre parole. C'est par elle en effet et par le relief singulier qu'elle confère aux mots énoncés que Gérard Genette définit le langage poétique…
Rpère stylistique nécessaire de la communication narrative, la formulette balise aussi l'espace imaginaire que le conte propose. Elle est à la fois le mot de passe qui nous installe au coeur de la fiction et celui qui, dans cette fiction, permet le déplacement du héros. Parole du passage, elle apparaît dans bien des contes comme étroitement liée au seuil et aux rites liminaires qui en accompagnent le franchissement.…"(2)


Les formulettes introductives
Dans son livre "Paroles conteuse" (3), Edith Montelle nous signale certaines fonctions de la formulette :
"Les formulettes introductives" servent :
* à se protéger des sentiments qui vont être éveillés par le conte
* à pouvoir toucher à des sujets tabous sans encourir les foudres du ciel ou de la société
* à se préparer à la parole du conte, parole différente de la parole quotidienne
* à se mettre le conte en bouche et trouver le fil d'Ariane du récit
* à créer une complicité avec son auditoire et concentrer l'attention de celui-ci sur le récit qui va être dit
* à annoncer qu'on entre dans la fiction : quand on introduit un conte par une formulette, les enfants ne posent plus la question fréquente : Est-ce que c'ets vrai?
"Après ce signal : il était une fois…, rien n'existe que le monde merveilleux. Il suffit d'avoir raconté un conte merveilleux à des enfants pour savoir à quel point ils se laissent prendre par le récit. Il leur reste a apprendre qu'il existe un monde de pure fiction narrative à côté du petit monde de leur expérience quotidienne. C'est justement des contes qu'ils apprennent, mais un seul n'y suffit pas, il en faut beaucoup. Tant que la distinction entre monde raconté et monde vrai n'est pas encore assurée, il est important qu'un signal sûr et non équivoque les guide hors du récit. Aussi, le fin des contes est elle habituellement aussi codifiée que le début.
Pour Pierre Lafforgue (5), la formulette introductive est un "embrayeur" pour éveiller l'attention et ouvrir le pacte narratif.
Elle aura un triple but :
* obtenir le silence total
* mettre le conteur en voix
* éberluer l'assistance pour déconditionner la réalité environnante et l'entraîner vers le merveilleux.


Les formulettes de fin
Les formulettes pour clore un conte sont simples, parfois énigmatiques ou encore des lapalissades. "S'ils ne sont pas morts, ils sont encore vivants. S'ils sont sur le chemin, ils doivent y être encore". La formulette moins fixe que la formulette introductive (JF Bladé) permet au conteur de laisser sa carte de visite pour être sollicité une prochaine fois (d'après Arnaudin sous forme interrogative).

Pour Edith Montelle (2), les formulettes de conclusion ont aussi des fonctions propres :
* elles ferment la porte de l'imaginaire et annoncent le retour dans la réalité (6)
* elles répondent en écho aux formulettes introductives
* elles sont basées sur l'humour. Le rire ramène sur terre et soude le groupe
* le conteur y utilise souvent le Je ou le non-sens…

Module BorderModule Border
Catalogue doc du cmlo
Faites votre propre recherche !
buy movies
euroconte-noeuroconte-ne
 Bibliographie  
(1) Marc Soriano, "Formulettes" in Encyclopédia Universalis, Vol 7 p181, Ed 1980
(2) Bernadette Bricout, "Paroles Formulaires", in revue "Dire", n°14, Printemps 1991
(3) Edith Montelle, "Paroles conteuses", Ed SSPP, Wintertour 1996
(4) Harald Weinrich, "Le temps", Paris, Ed du Seuil, 1973
(5) Pierre Lafforgue, "Petit Poucet deviendra grand", Ed Mollat, Bordeaux, 1995
(6) R Petsch, "Formelhafte Schlüssel im volksmärchen", Berlin, 1900
Sam Cannarozzi, "Du temps quand les tigres fumaient des pipes", in Revue Aube, Venissieux, 1994
Module BorderModule Border
Oyez, oyez braves gens!  |  A propos des formulettes  |  Paroles sources? Paroles Magiques?  |  Histoire vraie
Copyright 2004-2019 CMLO