Euroconte

 
mardi 18 juin 2019Anthropologie de la communication orale ...» La littérature orale ...» ANCRAGES CULTURELS ...» EUROPE ...» France ...» Bretagne Connexion
 Chercher

.
 Bibliographie de la littérature orale Bretonne

Contes et légendes du Finistère / Loïg Pujol – De Borée – 2008

Contes et légendes de haute Bretagne. Albert Poulain. Ed. Ouest France 1999

Contes et Legendes des provinces Françaises - La Haute Bretagne - /Paul Sébillot - Le Grand Livre du  mois -1996.

Contes populaires de Haute-Bretagne / édition établie, traduite et commentée par Jean-Louis Le Craver – préface de Nicole Belmont – Dastum – 2007.

Contes et Legendes des provinces Françaises - La Basse Bretagne - /F.M Luzel - Le Grand Livre du  mois -1996.

Notes de voyage / Luzel - F. Morvan - Presses Universitaires de Rennes et Terre de Brume – 1997.

Contes et Légendes de Bretagne /  François Cadic - Ed Spes – 1929.

Contes et légendes de Bretagne -Les contes populaires tome un / François Cadic- Presses Universitaires de Rennes et Terre de Brume – 1997.

Contes et légendes de Bretagnes. Les contes populaires tome deux / François Cadic - Terre de brume et Presse Universitaires de Rennes - 1998.

Contes et légendes de Bretagne. Les contes populaires tome Trois / François Cadic - Terre de brume et Presse Universitaires de Rennes - 1999.

Contes populaires et légendes de Bretagne /Claude Seignolle-1978.

Contes fantastiques de Bretagne / C. Seignolle- Terre de brume Ed- 1995.

Contes et comptines pour petits Bretons sages /  - Terres de Brumes ed -1999.

Devinettes et formulettes pour petits Bretons sages/ Olivier Eudes - Terres de Brumes -1998.

Contes et légendes de Brocéliande/ Olivier Eudes - Terres de Brumes -1998.

Contes du  vent et de la nuit / Anatole Braz -Terres de Brumes ed -1996.

Le sang de la sirène / Anatole Braz -Terres de Brumes ed -2001.

Pâques d’Islande / Anatole Braz -Terres de Brumes ed -2001.

Contes du soleil et de la brume / A. Le Braz - Terres de Brumes ed -1994.

La légende des Saints Bretons / A.Le Braz - Terres de Brumes ed -1997.

Magies de la bretagne / A. Le Braz - Bouquins -Ronert Laffont- 1995.

Contes des landes et des grèves / Paul Sébillot - Terres de Brumes ed -1997.

Contes Merveilleux / Paul Sébillot -Terre de Brume – 2000.

Le Passeur d’ âmes et autres contes / Anatole Braz - Terres de Brumes ed -1998.

Petits contes licencieux des Bretons / Philippe Camby- Terres de Brumes ed -1996.

Contes populaires de la Basse-Bretagne- TI / Luzel - Morvan -Presses Universitaires de Rennes et Terre de Brume – 1996.

Contes populaires de la Basse-Bretagne- TII / Luzel - Morvan -Presses Universitaires de Rennes et Terre de Brume – 1996.

Contes populaires de la Basse-Bretagne- TIII / Luzel - Morvan -Presses Universitaires de Rennes et Terre de Brume – 1996.

Contes inédits. Carnets de collectages / Luzel -Morvan - Presses Universitaires de Rennes et Terre de Brume – 1996.

Contes inédits.TI / Luzel -Morvan - Presses Universitaires de Rennes et Terre de Brume – 1994.

Contes inédits.TII / Luzel -Morvan - Presses Universitaires de Rennes et Terre de Brume – 1994.

Contes bretons / Luzel - Morvan - Presses Universitaires de Rennes et Terre de Brume – 1994.

Nlles Veillées Bretonnes / Luzel -Morvan - Presses Universitaire de Rennes et Terre de Brume – 1995.

Contes retrouvés TI / Luzel -Morvan - Presses Universitaire de Rennes et Terre de Brume – 1995.

Contes retrouvés TII / Luzel -Morvan - Presses Universitaire de Rennes et Terre de Brume – 1999.

Contes du Boulanger /  Luzel -Morvan - Presses Universitaire de Rennes et Terre de Brume – 1995.

Légendes Chrétiennes de la Basse-Bretagne / Luzel -Morvan - Presses Universitaire de Rennes et Terre de Brume – 2001.

Correspondance Luzel-Renan /  Luzel -Morvan - Presses Universitaire de Rennes et Terre de Brume – 1995.

Journal de Route et lettre de mission /  Luzel -Morvan - Presses Universitaire de Rennes et Terre de Brume – 1994.

Contes d’Armorique / François Dorsay -Nathan - Paris -1932.

Contes d’Armorique / François Dorsay -Nathan - Paris -1927.

Contes traditionnels de Bretagne / Milan – 1996.

Vie et moeurs des lutins bretons / Françoise Morvan - Actes Sud Babel – 1988.

Contes des paysans et des pêcheurs ( Contes populaires de la Hautes-Bretagne)/ Paul Sébillot - Terre de Brume - 1999.

Contes Gallois de la Vallée de Vilaine d’ André Bienvenu / Bertaeyn  Galeizz -  1998.

Les Passeurs de mémoire / Donatien Laurent - Fanch Postic - Pierre Prat - Ass du Manoir de Kernault – 1995.

Le Barzhaz Breizh -Le trésor de la littérature orale de la Bretagne / Théodore Hersart de la Villemarqué - Coop Breizh- 1997.

Jean de Pontchâteau (Contes de Brière ( Haute Bretagne )/Ariane de Félice -Coll - Le Miel des contes - Slatkine - 2000.

La  Cité d’Ys / Roger Facon - Ker Ys Cahiers 3 – 1988.

Les derniers jours de la ville d’Ys / Georges G.-Toudouze – Terre de Brume – 1998.

Guide de la Bretagne Mystérieuse /Gwenc’Hlan Le Souëzec - Tchou Editeur – 1966.

Le bateau qui marchait sur la terre et sur l’eau  (Livre CD ) / Alain Le Goff - Actes Sud - 2002. CD (X-1-56)

Trésor des contes du Pays gallo / Adolphe Orain - Terre de Brume – 2000.

Carnet de Bretagne / Jules Michelet -Terre de Brume -1997

Le combat des Trente : Chronique anonyme du XIV° Siècle / Terre de Brume – 1996.

Impressions d’Irlande / Anatole le Braz -1996

Les noces Noires de Guernaham / Anatole Le Braz - Terre de Brume -1996

La Nuit Celtique / Donatien Laurent et Michel Treguer -Terre de Brume et Presses Universitaires de Rennes  - Essais - 1997

Contes de Bretagne / Emile Souvestre . Ed. l’Ancre  de Marine -1998

Légendes traditionnelles de Bretagne : coutumes -croyances - superstitions / - Ed. L’Ancre de Marine -1998

Légendes traditionnelles de la Bretagne / - Préface de Ch. Le Goffic / - Ed. Louis Aubert Saint-Brieuc  -1946 

Fées, Korrigans et autres créatures fantastiques de Bretagne / Philippe Le Stum - éd Ouest France -2001

Les Noëls Bretons / Dominiques Besançon - Terre de Brume  - Les plus beaux contes - 1999

Chansons de Bretagne / adolphe Orain - Ed. Ouest-France - 1999.

Contes et légendes des pays celtes / Jean Markale - Edition Ouest-France -2000

Récits et contes populaires de Bretagne /2 Trégor et Goëlo  / Geneviève Massignon - Gallimard - 1981

Récits et contes populaires de Bretagne /2 Trégor et Goëlo  / Geneviève Massignon - Gallimard - 1981

Les mythes traditionnels de Bretagne / Yan Brekilien. Ed du Rocher-1998

Mythes et réalités, histoire du roi Arthur / Christine Ferlampin-Acher et Denis Hüe / Editions Ouest-France – 2009.

Brocéliande et l’énigme du Graal.  Jean Markale. – éd. France Loisir. 1989.

Analyse des chansons de conscrits de la commune de Saint Vincent-Sur-Oust / Susan Moroz. In Cahier de littérature Orale N° 16* - 1984. 

Contes traditionnels des teilleurs de lin du Trégor (Basse-Bretagne). / Geneviève Massignon. Paris Ed A&J Picard, 1981. 252p

  

DE

La littérature orale de la Haute- Bretagne.

(...) Bien des personnes, même parmi ceux de mes compatriotes gallots qui habitent la campagne, seront sans doute surprises de tout ce que contiendront ces pages, et pourtant elles ne sont que des échantillons de chaque genre, choisis parmi un grand nombre de pièces que je possède encore. Ce sentiment de surprise s'est déjà manifesté lorque j'ai publié mes Contes populaires de la Haute Bretagne; mais il tient surtout à ce que les gens qui sont en relations journalières avec les peuples de la campagnes ne connaissent guère que son extérieur, et ne sont  pas suffisamment patients et observateurs pour découvrir ses coutumes.singulières et pour noter ses croyances, ses chants, ses aspirations, ses chants, ses aspirations, ses superstitions, tout ce qui en  un mot ne se livre pas au premier examen. Il est juste d'ajouter que l'habitude de toujours voir les choses même originales les fait paraître toutes naturelles.
Recueillir cette littérature parlée n'est point aussi facile qu'on se l'imagine; elle n'est point écrite ni réunie en des endroits déterminés; elle est au contraire dispersée dans la mémoire d'un grand nombre de personnes, d'où il n'est pas toujours aisé de la faire sortir. On n'y arrive qu'à force de temps et de persévérance,et il est de plus nécessaire de bien connaître la langue des paysans et de leur inspirer confiance; sans cela, ils demeureraient  obstinément fermés, et l'on ne saurait rien ou peu de chose.
Les manifestations de la littérature orale sont très diverses et très complexes; on pourrait presque dire qu'elle est partout et nulle part.
Il y a cependant quelques endroits où l'on en peut découvrir des fragments importants; ce sont les réunions d'hiver. Quand les soirées sont longues, on s'assemble parfois, et pendant que les uns travaillent, les autres disent des contes, proposent des devinettes ou chantent des chansons. Voici les noms et la description succinctes  de quelques-unes de ces assemblées.
Le Filouas, qui a disparu dans beaucoup de pays, a lieu le soir dans une ferme où un certain nombre de personnes se réunissent pour filouasser, c'est-à-dire filer à la quenouille ou au rouet; les garçons qui ont de "bonnes amies" y viennent pour accompagner les filles  et leur aider à tourner leur rouet. On y raconte des contes et des légendes; on y dit des devinettes; on y chante des chansons, et la soirée se termine parfois par des danses. Vers Ercé, où cette sorte de réunion se nomme Filanderie, il s'y trouvait parfois quarante ou cinquante personnes, et guère de semaine sans qu'il y eût une ou plusieurs filandreries dans la commune.
On racontait aussi des contes aux Veillouas, réunions du soir où l'on se rassemblait surtout pour se divertir à jouer et à danser; aux Érusseries de Chanvre, où les jeunes garçons et les filles s'aidaient à enlever les fibres de chanvre; il s'en fait encore maintenant, mais moins fréquemment que jadis. Les Cuiseries de pommé, où l'on se réunissaient pour faire une sorte de confiture avc des pommes cuites dans de grands bassins et arrosées de cidre doux, n'ont point encore complètement disparu. Il en est de même des Lessives de nuit.
Mais dans une grande partie du pays gallot ces réunions sont devenues moins fréquentes qu'autrefois; à force de prêcher, le clergé les a souvent fait disparaître, de même qu'il a supprimé les danses, sans que la moralité de la campagne y ait beaucoup gagné. Toutefois ds raisons d'ordre purement économique ont, tout autant que le clergé, contribué à faire tomber en désuétude es anciens usages. Depuis que les campagnes sont devenues sûres, le groupement des fermes, qui jadis était la règle, est devenu une exception; presque partout de belles routes ont remplacé les anciens chemins creux, effondrés et boueux, qu'ont encore vus ceux qui n'ont guère que trente ans à l'heure actuelle, et au lieu de se réunir dans les villages, on va au bourg pour apprendre des nouvelles et en dire.
L'instruction s'est ainsi peu à peu répandue; dans bien des maisons, au lieu de raconter des contes pour empêcher les gens de s'endormir ou de s'ennuyer, on fait la lecture, et souvent c'est le petit garçon ou la petite fille qui, en revenant de l'école, sont chargés de ce soin.
Il existe cependant encore un grand nombre de contes et on les dit dans des bien des endroits autres que les réunions du soir ; au four où les femmes se rassemblent, au doué où se racontent les faits divers du pays, sur les routes en allant au marché, et dans les champs. Il n'est pas rare d'entendre dire, au moment des travaux en plein air :
- Dites-nous donc un petit des devinailles et des contes pour nous désennuyer.
Les petits garçons et les petites filles qui gardent ensemble les moutons ou les vaches se racontent entre eux les contes que leurs mères leur ont appris.
La littérature orale et traditionnelle et encore fort riche, même dans les pays qui ne forment pas, comme la Bretagne bretonnante et le pays basque, des groupes compacts, qui se distinguent nettement de leurs voisins par la langue et les coutumes.
Dans la préface de ces Contes Lorrains, M. Cosquin rapporte que, dans un seul village, il a recueilli environ quatre-vingt récits; mon expérience personnelle confirme de tout point ce qu'il dit; dans les quatre  mois que j'ai passés à Ércé près Liffré, de 1878 à 1880, j'ai réuni plus de cent contes;  à Saint-Cast, j'en ai recuilli soixante-dix l'année dernière, cent quarante cette année, et je crois pas ces deux pays épuisés.

L'origine des éléments très variés dont se compose la littérature orale d'un groupe provincial est difficile à déterminer : elle est sans doute puisée à un grand nombre de source, les unes fort anciennes, d'autres relativement modernes, et il serait téméraire d'affirmer que tel ou tel conte par exemple est ancien dans le pays ou  s'il a été importé récemment. Ici, les apparences elles-même peuvent être trompeuses, bien que les conteurs gallots ne tiennent pas, en général autant que ceux d'autres pays, à placer le théâtre de leurs récits dans un endroit connu de leurs auditeurs. C'est ce qui me porte à considérer comme très anciennement connus en Haute-Bretagne les contes, par exemple, des houles ou grottes des falaises au bord de la mer, groupe curieux et important entre tous.
Quant aux contes que l'on pourrait appeler sporadiques, parce qu'ils se retrouvent, avec de légère variantes, dans tous les coin de la France, dans tous les pays européens et même en dehors de l'Europe, il est, ce me semble, impossible   l'heure actuelle de dire à quelle époque ils ont été  introduits dans les pays où on les raconte. Les guerres de la Révolution et le l'Empire, les Français prisonniers à l'étranger, les étrangers prisonniers en France, ont dû produire un échange de contes, et même aujourd'hui il y a encore importation et exportation journalière de récits par les soldats qui, au régiment, racontent les légendes de leurs pays, puis en rapportent chez eux de nouvelles.
Une exploration scientifique faite au siècle dernier aurait vraisemblablement jeté là-dessus des lumières plus grandes que celle que nous pouvons découvrir à présent; mais on ne serait pas encore arrivé à un résultat incontestable; qui pourrait dire ce que les invasions des Barbares, les Croisades, les guerres de Louis XIV ont pu provoquer d'échange de contes entre les différents peuples?

La littérature orale à une tendance à disparaître, non pas en bloc et tout d'un coup, mais par émiettement, et il n'est que temps d'en sauver les débris.
Né en 1843, j'ai déjà constaté que des contes couramment racontés dans mon enfance, et que toutes les femmes savaient, ne se retrouvent plus aujourd'hui, et je n'ai pu, malgré des recherches obstinées, m'en procurer que des versions à demi effacées : souvent des personnes âgées m'ont cité des fragments de contes qu'elles affirmaient avoir entendu conter jadis et qu'alors tout le monde savait d'un bout à l'autre.
Les chansons, en certains pays du moins, sont destinées à disparaître dans un avenir  encore plus prochain que les contes; elles ont à lutter avec les chansons des cafés-concerts et les romances sentimentales que les paysans trouvent de ben meilleure ton que les vieux airs d'autrefois. Aux nocs de campagne, où l'on a conservé l'habitude de chanter au dessert, il est rare d'entendre autre chose que des romances sentimentales et prétentieuses qui, il y vingt ans étaient populaires dans les villes.
Il est urgent de faire, dans toutes les provinces  une investigation qui, à l'heure actuelle, est encore possible; mais il faut se hâter, car bientôt il serait trop tard.(...)

Extrait de : "Contes et légendes des provinces françaises" Paul Sébillot 1881.

 Légendes de Bretagne.


Le Seigneur Karn.

La petite île de Karn, près de Portzall, n'a pas toujours été le rocher inculte que l'on voit aujourd'hui; là où se croisent parmi les roches de granit de maigres graminées, s'élevait autrefois le château du seigneur Karn; sa domination s'étendait sur une grande étendue de pays, et c'était un des sires les plus puissants du Léon.
Il vivait solitaire dans son île et ne s'était point marié. Ses vassaux étaient assujettis à un grand nombre de redevances : du bois de chauffage, du poisson, des marins pour monter ses navires et même des barbiers pour raser et lui couper les cheveux.
Il était toutefois remarquable qu'aucun de ceux qui étaient partis de la terre ferme pour raser le sire de Karn n'était revenu, soit qu'il les eût gardés auprès de lui, soit qu'il les eût fait périr. Et tous les barbiers avaient grand'peur que leur tour ne vint d'aller au palais du seigneur de Karn.
Un garçon intrépide nommé Losthouarn, du village de Pen-ar-Pont, résolut, confiant dans sa force et dans son adresse, d'aller à l'île Karn la première fois que les vassaux du bon seigneur auraient à lui fournir un barbier. Il partit dans un petit bateau avec deux de ses amis du même village auxquels il recommanda de ne pas trop s'éloigner de l'île pendant une heure; si au bout de ce temps, ils ne le voyaient pas revenir, c'est qu'il aurait succombé comme ceux qui y étaient avant lui.
Il aborde à l'île et est introduit auprès du seigneur qui, s'étant enfermé avec lui, lui ordonna d'une voix terrible de le raser; en même temps il ôte sa coiffure, et Losthouarn voit que le sire de Karn avait des oreilles de cheval. Sans s'émouvoir, il commence à le savonner doucement, tout en causant avec lui, et sans paraître s'étonner de l'étrange particularité de son seigneur; puis comprenant que tous les autres barbiers avaient été tués de peur que le secret des oreilles fut dévoilé, il profite du moment où le cou de Karn se trouve à la portée du rasoir, et lui tranche d'un coup vigoureux.
Il sort ensuite du château, passe au milieu des gardes un peu surpris de le voir revenir sain et sauf, et regagne la barque où ses amis l'attendaient.

Cette légende, que j'ai recueillie dans un séjour à Portzall (1874), à l'extrémité du Finistère, ressemble fort à celle dont Cambry place la scène à Crozon. Toutes deux font songer la fable de Midas.
Le roi de Portzmar'ch faisait mourir tous les barbiers, de peur qu'ils ne racontassent au public qu'il avait des oreilles de cheval. L'ami intime du roi venait de le raser; il avait juré de ne pas dire ce qu'il savait; mais ne pouvant garder son secret, il fut par conseil d'un sage, le raconter aux sables du rivage. Trois roseaux naissent dans ce lieu; les bardes en firent des anches de hautbois qui répétaient : Portzmar'ch, le roi Portzmar'ch a des oreilles de cheval.

Source:
Revue des traditions populaires N° 11  1886.


France - Forêt de BrocéliandeLa forêt de Brocéliande

Brocéliande est le nom donné à une forêt légendaire située en Bretagne qui apprarut dans la littérature en 1160 dans le Roman de Rou, une chronique en vers rédigée par Wace. Brocéliande est le lieu de toutes les légendes, parmi lesquelles l’histoire des chevaliers bretons, le lieu où Yvain a deversé de l’eau d’un fontaine sur une pierre, causant une énorme tempête, l’endroit où se trouve le moulin qui vit la bataille du roi Arthur avec un animal ressemblant à un taureau ou enfin le site où le sorcier Merlin a vécu et est enterré. Pour les druides, la forêt de Brocéliande est le théâtre de prédilection pour les exploits les plus merveilleux


  

 Articles sur la littérature orale bretonne.Réduire

Guillorel Eva
Complaintes de tradition orale en Bretagne sous l'Ancien Régime. In Cahiers d'ethnomusicologie n°22.2009 Lire l'article
Nassiet Michel.
La littérature orale bretonne et l'histoire. in  Annales de Bretagne et des pays de l'Oueslien   Année   1999   lien Volume   106   lien Numéro   106-3   lien pp. 35-64   Lire l'article.                                       
  

  

L'équipe du Cmlo
CMLO 15 Quai Boissier de Sauvages 30100 Alès -Tél 04 66 56 67 69
    

 Contes de Basse Bretagne.Réduire

  • Contes populaires de Basse Bretagne d'après François-Marie Luzel.












D'après Wiki-sources.
  

Catalogue doc du cmlo
faites votre propre recherche !
buy movies
AZ
.
.
.
.
  

F.M Luzel
F.M. Luzel
  

.
.
.
.
Bre
.
.
.
.
  

Seb B
Paul Sébillot 1843 - 1918.
  

Alsace   |  Île-de-France   |  Bourgogne   |  Aquitaine  |  Auvergne  |  Bretagne   |  Centre  |  Champagne Ardenne  |  Corse  |  Franche Comté  |  Guadeloupe  |  Guyane  |  Languedoc-Roussillon  |  Limousin  |  Lorraine  |  Martinique  |  Mayotte  |  Midi-Pyrénées  |  Nord-Pas-de-Calais  |  Basse-Normandie   |  Haute-Normandie  |  Pays de loire   |  Picardie  |  Poitou-Charentes  |  Provence-Alpes-Côte d'Azur  |  La Réunion  |  Rhône-Alpes
Copyright 2004-2019 CMLO