Euroconte

 
vendredi 15 novembre 2019Anthropologie de la communication orale ...» La littérature orale ...» ANCRAGES CULTURELS ...» EUROPE ...» France ...» GuadeloupeConnexion
 Chercher

.

























Bibliographie.


Césaire Ina.
Un avatar historique du conte guadeloupéen: le Récit de Type Nouveau. In Cahier de littérature orale N°21 1987 p 97.
Rey-Hulman  Diana.
Une conteuse anonyme (Marie-Galante, Gadeloupe) In Cahiers de littérature orale N°11 1982  p 168
Rutil. Alain
Contes marie-galantais de Guadeloupe, Paris, Ed Caribéennes. 1981.
Zagaya.
Proverbes créoles de Guadeloupe, Madrid, Ediciones Castilla. 1986
Littérature orale

de 

Guadeloupe 

L'espace géographique de l'archipel guadeloupéen n'est que le cadre matériel d'où sourdent les paroles venues d'ailleurs d'un au-delà historique situé non seulement dans les profondeurs archéologiques du lieu dit karukéra mais aussi de l'au-delà des mers qui battent le continent africain, le contient asiatique et le continent européen. "Premiers occupants de la terre", les Amérindiens, support mythique des paroles de l'histoire d'avant (l'arrivée des Européens). Dans cet archipel minuscule, l'histoire tournent en rond et très peu de locuteurs ou d'écrivains ou scrutateurs de langue et de société  se sont risqués à remonter le temps au-delà des périples tragiques qui ont chassé les habitants de cette terre et y ont amené d'autres occupants.
Il y avait très longtemps, des Amérindiens qui vivaient tranquillement à se faire la guerre d'îles en îles. Ainsi était leur vie jusqu'au jour où il se produisit une sale histoire. Des hommes blancs arrivèrent, tuèrent les peuples à la peau rouge du rocou dont ils s'enduisaient.
Après le massacre des Hommes Rouges,les Blancs s'ennuyèrent et surtout se trouvèrent bien seuls pour cultiver la terre sous la chaleur torride. Ils se souvinrent alors de ces hommes noirs si bien habitués à la chaleur qu'ils avaient rencontrés sur les côtes africaines....
Mais cette histoire n'est pas complète; ces familles nègres décidèrent un jour de faire taire leurs divisions et de s'unir pour tuer à leur tour les Blancs. Ceux-ci ne furent pas vaincus en un seul jour; les quelques-uns qui restèrent sur la terre guadeloupéenne ne purent s'accommoder du dur travail de la terre auquel ne voulaient plus se laisser soumettre les Nègres. L'Europe contaminée par l'humanisme abolit l'esclavage; le capitalisme s'y substitua; l'Europe tenta de recruter des salariés sur les côtes d'Afrique. Ainsi furent engagés, s'ils ne s'engagèrent eux-mêmes, les Congos, qui ont, pour certains, gardé le souvenir de leur origine et conservé le culte de leurs morts, de là-bas, en Afrique...
Mais les Africains ne se précipitèrent pas en grand nombre pour monter dans les bateaux qui ressemblaient à ceux qui emportaient les esclaves "achetés". Il fallut aller ailleurs chercher une main-d'oeuvre en complément. C'est ainsi que de l'Inde, les Indiens s'embarquèrent à pleins bateaux pour les Îles. Ceux qui résistèrent au voyage et aux dures conditions d'accueil déversèrent à leurs tour leurs croyances dans l'archipel guadeloupéen.
Ce schéma métaphorique de l'histoire de la Guadeloupe devrait conduire à construire l'histoire étymologique des mots et paroles à partir des sources amérindiennes, européennes, africaines. La seule trace langagière amérindienne est celle laissée par les quelques Caraïbes qui ont survécu à l'affrontement avec l'Europe. Quand aux cultures européennes et africaines, il est aussi difficile pour l'une et pour l'autre de dévider l'écheveau emmêlé de chacune de leurs composantes : françaises, anglaises, judaïques... pour l'une; mandé, peul, wolof, akan, bantou... pour l'autre.

Texte tiré de l'introduction des Cahiers de littérature orale N°21. 1987  de Diana Rey-Hulman.
 Cécilo

C'est l'histoire de la plus belle femme d'un village de Guadeloupe. Tous les hommes l'aimaient mais elle avait les frères les plus fort du monde. Ils étaient deux et ils veillaient sans cesse sur leur soeur. Elle et sa mère avaient inventé une chanson afin que Cécilo sache d'avance si son prétendant était bel homme ou laideron.

Un beau jour Compère Cochon voulut se marier avec Cécilo. Entendant la chanson la prévenant de la laideur de son prétendant Cécilo ne descendit même pas. Compère Cabri voulut essayer mais en vain. Et un jour un bel homme avec deux bagues sur chaque doigt vint lui faire la cour et elle en tomba amoureuse. Le soir venu, il l'emmena à la rivière pour continuer sa cour et  pendant la nuit il essaya de la manger. Mais heureusement pour elle, ses frères veillaient sur elle et la renvoyèrent chez elle pendant qu'ils s'occupaient de l'assassin. Comme quoi, l'habit ne fait pas le moine.


Conter par Florian In "Nos origines par les contes" Livret réalisé par la classe de 6°B Collège Justin Catayée à Cayenne. en 2007

  

L'équipe du Cmlo
CMLO 15 Quai Boissier de Sauvages 30100 Alès -Tél 04 66 56 67 69
    

Catalogue doc du cmlo
Faites votre propre recherche !
buy movies
Alsace   |  Île-de-France   |  Bourgogne   |  Aquitaine  |  Auvergne  |  Bretagne   |  Centre  |  Champagne Ardenne  |  Corse  |  Franche Comté  |  Guadeloupe  |  Guyane  |  Languedoc-Roussillon  |  Limousin  |  Lorraine  |  Martinique  |  Mayotte  |  Midi-Pyrénées  |  Nord-Pas-de-Calais  |  Basse-Normandie   |  Haute-Normandie  |  Pays de loire   |  Picardie  |  Poitou-Charentes  |  Provence-Alpes-Côte d'Azur  |  La Réunion  |  Rhône-Alpes
Copyright 2004-2019 CMLO