Euroconte

 
jeudi 3 décembre 2020Anthropologie de la communication orale ...» La littérature orale ...» ANCRAGES CULTURELS ...» EUROPE ...» France ...» Languedoc-Roussillon ...» AUDE ...» LO AlzonneConnexion
 Chercher

.
  

L'équipe du Cmlo
CMLO 15 Quai Boissier de Sauvages 30100 Alès -Tél 04 66 56 67 69
    

 la littérature orale d'Alzonne

J'ai appris moi-même que ma vieille grand-mère, alors qu'elle portait allègrement ses 86 ans, comment le diable avait préparé en quelques instants le pont du canal d'Alzonne, qu'on nomme encore "le pont du diable", "lé poun dal diablé".
Non loin d'Alzonne, petit village adossé aux premiers contreforts de la montagne noire, passe le canal du midi, oeuvre célèbre de Paul Riquet, commencée le 1er juin 1667. Le célèbre ingénieur n'eut pas la satisfaction de voir la réalisation complète de son entreprise, puisqu'il mourut le 1er octobre 1680, et cependant son nom est attaché à l'histoire de cette conception géniale. Au lieu dit "Lé poun dal diablé", un pont, en effet, enjambe le canal permettant à l'ancienne route romaine ou route ferrée, de rattraper d'un côté la partie qui se dirige vers Bram et de se raccrocher, de l'autre, au chemin de Montréal par la route nationale de Carcassonne à Mirepoix.
Ce pont du diable, me racontait grand'mère, fut plusieurs fois démoli et rebâti sans que jamais personne ait pu savoir quels étaient les ouvriers de ces ruines et de ces reconstructions. Mais disait-elle, tous les habitants d'alentour auraient juré, en se signant, que seul le diable avait pu faire de telles choses, et déchaîner les tempêtes d'éclairs et de tonnerres dans lesquelles elles s'accomplissaient. Et c'est pourquoi d'ailleurs, ajoutait-elle, "iou e counescut de persounos d'Alzouno e di Mounréal qué an bist en passant sul punt, la neït, dès omés toutis negrès que dansaboun al miech dal pount".
"J'ai connu moi des gens d'Alzonne et de Montréal qui ont "vu la nuit en passant sur le pont des hommes tous noirs, qui dansaient au milieu".
Mais l'histoire qu'elle racontait toujours avec une certaine frayeur, et avec un ton imperturbable de conviction était celle "dal carrétiè de la Coumbo", qui descendait de temps en temps de la montagne noire avec un chargement de charbon de bois qu'il venait vendre à Montréal. Il conduisait seul ses deux charrettes. Or, une fois tandis qu'il arrivait au pont du diable, le jour n'étant pas encore levé, il arrêta au bord du pont le cheval de sa seconde charrette, pour aider le premier à franchir sans accident le contour que le pont dessine à cet endroit. Impatient, le cheval à l'arrêt se remit en marche, heurta le pont, le démolit et se renversa dans une position si périlleuse, que le moindre mouvement pouvait l'entraîner dans le canal. Le charretier désespéré jure, s'inquiète et appelle l'enfer à son secours. Soudain, un personnage hideux se dresse devant lui : "Promets-moi ton âme, lui dit-il, et je te tire d'affaire." "Es pas car magnac, réponde le charretier; noun soulomen la miouno, mai à quelo de ma fenno per dessus le mercat". Mé per nostre senhé despacho-te."
"Cela n'est pas cher, mon ami... non seulement la mienne, mais aussi celle de ma femme de surcroît ! Mais par notre Seigneur, fais vite".
A peine avait-il fini, qu'autour de la charrette renversée se pressant une foule de petits diables, qui sur l'ordre de fantôme debout au milieu du pont, remettent l'attelage sur la route, réparent le pont et disparaissent en un clin d'oeil. Tout heureux le charretier fait claquer son fouet, commande ses chevaux et s'éloigne. mais dès qu'il a passé le pont, il se retourne et apercevant encore immobile le hideux fantôme. "Aidiu fenhant, se m'avios pas fait toumbà lé chaval, aurios pas agut la peno dé lé réléva, foutut porc ! a la plaço de ço que m'as demandat, té dounaré las prumièros crotos que fara lé chaval, qu'as salvat !" Adieu feignant, si tu n'avais pas fait tomber le cheval, tu n'aurais pas eu la peine de le relever cochon ! Au lieu de ce que tu m'as demandé, je te donnerai les premiers excréments du cheval que tu as sauvé". Et sans peur aucune, il continue sa route. Rentré à la maison, il raconte l'aventure à sa femme : 'Malérous, lui dit-elle, mérso té dal diablé, pourrio té faïré de mal", "l'atendi, répond le charretier, è té proumeti di caressa las costos de ma de mèstré, amé moun fouet". "malheureux, lui dit-elle, méfie-toi du diable, il pourrait te faire du mal ! " "Je l'attends... et lui promets de caresser son dos de main de maître avec mon fouet".
Quelques temps après notre charretier repassait, au point du jour, sur le pont avec ses deux charrettes pesamment chargées ! Que se passa-t-il en ce moment, continuait Grand-mère, d'une voix qu'une impression secrète de frayeur faisait osciller ? Nul ne l'a jamais su. Mais le lendemain les passants trouvèrent le pont démoli au m^me endroit où la charrette l'avait heurté lors du premier accident, et les voitures renversées dans le canal. Quant au charretier, nul ne l'a jamais plus revu. Et ma grand-mère finissait son histoire en se signant et en ajoutant : "Lé diable, se l'ero empourtat ! Paure ome, qu'uno maichanto idèo aïjeq d'insultà le diable; A m'aquel esprit maichant cal pas jamaï s'amusà. Dès en pei le pount sès apelat le pount dal diable, e cal pregà les morts quand mêmes que on entendi cridà ou cantà le diable." "Le diable l'avait emporté ! Pauvre homme ; quelle mauvaise idée de l'insulter : Avec lui, il ne faut jamais s'amuser. Depuis ce pont est appelé le pont du diable et quand on le traverse, on ne doit jamais se retourner, alors même que l'on entende crier ou chanter le diable."
Cette croyance que le diable fréquente la nuit les margelles des ponts pour faire du mal à ceux qui le franchissent, fut longtemps acceptée par la conscience superstitieuse de la population audoise. De-là, l'habitude de nos paysans de se signer et de faire une prière en traversant un pont.

Source : L'abbé Paul MONTAGNE, Le fait Folklorique : les superstitions populaires audoises, in Folklore n°23, juillet 1941, pp.156-158

    

Catalogue doc du cmlo
Faites votre propre recherche !
buy movies
LO Aigues-Vives  |  Bages   |  Bugarach  |  Carcassonne.  |  LO Alzonne  |  LO Coursan  |  LO Saissac  |  LO Villeneuve-Minervois  |  LO Montazels.  |  LO Aragon   |  LO Malves  |  LO Saint Polycarpe  |  LO Montferrand.  |  LO Villemagne.  |  LO Pouzols  |  LO Rennes-le-Château.  |  LO Sougraigne  |  LO Puivert   |  LO Rouffiac-d'Aude  |  LO Verdun en Lauragais  |  LO Peyrolles  |  LO Ouveillan  |  Les Proverbes de l'Aude
Copyright 2004-2019 CMLO