Euroconte

 
mardi 25 juillet 2017Anthropologie de la communication orale ...» La littérature orale ...» Paul sébillot 1886Connexion
 Chercher

.
  

Paul Sébillot
Paul Sébillot.
  

  

Litt Ht. Bret
..
  

 Paul Sébillot et la Revue des traditions Populaires 1886

Texte de Paul Sébillot.
Introduction à la Revue des Traditions Populaires N°1 1886

Parmi les nations européennes, la France a été une des dernières à s'occuper sérieusement des traditions populaires. Alors que dans les pays du Nord et du Midi ces études attiraient depuis longtemps l'attention des chercheurs, alors que certains collecteurs de contes étaient regardés par leur concitoyens comme des écrivains nationaux au premier chef, chez nous le public, et même les savants, restaient presque indifférents aux travaux qui avaient pour objet l'ensemble du trésor des traditions légendaires de la France. Depuis environ six ans, il s'est cependant produit un revirement : on a beaucoup publié, et le nombre de ceux qui s'intéressent à ces sortes d'études a considérablement augmenté. C'est un mouvement qui ne fait que commencer : il y a lieu d'espérer que désormais il ne s'arrêtera plus.
Dans presque tous les pays étrangers on a fondé des sociétés particulières qui comme nos sociétés d'Anthropologie, d'Ethnographie, de Géographie, de Linguistique, etc., ont eu pour but de grouper les chercheurs, de les faire se connaître entre eux, de leur fournir des éléments d'investigation, et de publier certains documents intéressants qui auraient difficilement trouvé place ailleurs. Le moment semble venu de former en France, en dehors de toute coterie, même scientifique, une société largement ouverte à tous ceux qu'intéresse l'étude si complexe des traditions populaires. C'est ce qui nous engage à faire appel à tous ceux qui pensent, comme nous, qu'un groupement est ce qui peut le mieux exciter les recherches et intéresser à la fois le public et les savants. L'exemple de la Société anglaise de Folk - Lore  qui compte plusieurs années d'existence et a de nombreux adhérents, celui des sociétés similaires espagnoles qui, depuis moins de deux ans, ont publié cinq volumes, est bien fait pour encourager cette tentative dans notre pays.
Déjà, en moins d'un mois, la Société française des traditions populaires a pu grouper un nombre d'adhérents assez confortable, et si l'on jette un coup d'oeil sur les noms, on peut croire que, patronnée comme elle l'est la nouvelle société est appelé à rendre de grands services.
L'ensemble des études qui se rattachent aux traditions populaires, et forment ce qu'on pourrait appeler la Démologie, est des plus complexes. 
Nous allons essayer de classer les principales matières; on peut les ramener à six groupes principaux :

1° La littérature orale.
2° Les jeux et les divertissements
3° L'Ethnograhie  traditionnelle
4° La linguistique, en tant qu'éveillant l'idée de légendes et de coutumes
5° Les Arts populaires
6° Les productions littéraires envisagées dans leurs rapports avec les récits et les croyances du peuple.


Sous le nom de Littérature orale, on comprend ce qui, pour le peuple qui ne lit pas, remplace les productions littéraires des civilisés. Cette littérature a précédé la littérature écrite, et on la retrouve partout, plus ou moins vivante, suivant le degré d'évolution des peuples.
Elle se compose en première ligne, des contes, dans lesquels on peut faire rentrer les légendes, qu'il n'est pas toujours aisé d'en séparer.
Parmi les principales divisions se placent les aventures merveilleuses, soit qu'elles se passent dans des régions indéterminées, soit que les conteurs  - et c'est ici que souvent le conte et la légende se touchent - les rattachent à un endroit singulier du pays ou à un personnage historique ou prétendument tel. Viennent ensuite ceux où des faits ou des croyances en rapport plus ou moins direct avec les religions, se mélangent à  l'élément féérique : tels sont dans notre pays  les récits où interviennent les puissances du Ciel, et ceux - plus rares - qui sont en relation avec les dieux disparus ou avec les mégalites. Les récits surnaturels ont aussi empruntés aux religions, mais ils se lient encore davantage à la superstition.
Un élément des plus intéressant est celui des contes comiques, qui comprennent aussi des facéties, même un peu grasses, et les récits peu charitables où un groupe provincial ou local blasonne ses voisins.
On peut  enfin rattacher aux contes les Ana du peuple, les petits récits qu'il invente ou qu'il se transmet pour se divertir.
Les  chansons sont encore plus difficiles peut-être  à classer que les contes. Elles se rapportent à l'histoire, à l'amour, aux coutumes, aux métiers; certaines sont pour ainsi dire didactiques, d'autres ont pour but de faire danser, de régler la marche ou de faire agir avec ensemble ceux qui se livrent à un travail de force ou d'adresse. Les chansons comiques, qui sont nombreuses, méritent aussi d'être recueillies; il en est de même de certains Noëls populaires qu'on ne retrouve pas dans les recueils et qui sont en voie de disparition.
Aux chansons est intimement liée la musique populaire; les airs devront être recueillis avec soin, et sans la préoccupation dangereuse de ramener aux mesures classiques celles, souvent irrégulières, des airs chantés.
Les proverbes forment aussi une division importante, soit qu'ils se rapportent à des idées morales, soit qu'ils se rapportent à des objets visibles et réels. Ils comprennent non seulement les proverbes proprement dits, mais les dictons et les comparaisons. Certaines de celles-ci se rattachent à d'anciennes croyances, parfois à des contes ou des légendes, auxquels elles ont quelquefois survécu. Plusieurs proverbes sont en relation avec des personnages réels ou légendaires; d'autres forment des dictons géographiques, d'autres enfin, qui sont généralement satiriques, font partie de ce qu'on a appelé le Blason populaire. Assez souvent ils sont explicables par des histoires locales, qu'il sera intéressant de recueillir.
Les formulettes, qu'on a longtemps négligées, sont une source précieuse d'information. Il en est qui sont très anciennes, et on croit que certaines d'entre elles sont des débris d'anciens rites religieux qui ont surnagé dans la mémoire du peuple après la disparition de l'état de chose qui leur avait donné naissance.
Aux formulettes se rattachent aussi les jurements et les jurons.
Les devinettes peuvent être divisées en devinettes proprement dites, et en demandes facétieuses. C'est un des amusements les plus en vogue à la campagne, et, d'une manière générale, chez les groupes primitifs. Il s'en fait même tous les jours, et l'on peut dire que c'est un genre encore en peine activité.

A SUIVRE  
  

  

L'équipe du Cmlo
CMLO 15 Quai Boissier de Sauvages 30100 Alès -Tél 04 66 56 67 69
  

Catalogue doc du cmlo
faites votre propre recherche !
buy movies
Textes LO  |  Paul sébillot 1886  |  applications contemporaines de la lo  |  ATU. Contes d'Animaux   |  Les conte merveilleux   |  Contes religieux   |  Les contes nouvelles  |  Contes d'Ogres dupés  |  Contes Facétieux et anecdotes   |  Contes formulaires   |  Contes non classés  |  ANCRAGES CULTURELS
Copyright 2004-2010 CMLO